6.1. La deuxième mondialisation : Caractéristiques et tendances

Site: Moodle Université Numérique
Cours: Histoire des faits économiques
Livre: 6.1. La deuxième mondialisation : Caractéristiques et tendances
Imprimé par: Visiteur anonyme
Date: jeudi 13 juin 2024, 20:17

Introduction de la section et objectifs

A partir des années 1980, une économie mondiale de plus en plus intégrée se met en place. Un plus grand nombre de pays deviennent des acteurs de la mondialisation aux côtés des pays industrialisés : les ex-pays socialistes d’Europe de l’Est, les pays toujours socialistes en Asie (Chine, Vietnam), les pays en développement capitaliste émergents (Inde, Brésil, Afrique du sud), les pays en développement plus pauvres mais exportateurs de matières premières (Afrique subsaharienne, Asie et Amérique latine). Les flux économiques de commerce ou d’investissement se diversifient et s’intensifient à la fois. Une nouvelle géographie de la mondialisation se dessine marquée par un recentrage net sur l’Asie. La diminution des coûts de transport et de communication autorise une organisation globale de la production des biens manufacturés à l’échelle de plusieurs pays qui complique fortement la régulation multilatérale du commerce mondial qui opère à une échelle purement nationale et ne parvient pas réellement à atteindre la bonne échelle, celle des firmes transnationales.

A la fin de cette section, vous saurez :

  • Décrire les principaux facteurs explicatifs de la deuxième mondialisation
  • Définir la régionalisation et la polarisation des échanges mondiaux, et la Triade
  • Expliquer comment les firmes devient multinationales et ce que sont la division internationale des processus productifs et les chines de valeur globales
  • Expliquer la façon dont les pays en développement en général et la Chine en particulier s’insèrent dans la deuxième mondialisation
  • Expliquer les raisons du ralentissement de la mondialisation depuis 2010



L’intensification et diversification des flux de commerce et d’investissement et le déplacement du centre de gravité de l’économie mondiale

Pendant les années 1990, les flux d’import-export et d’IDE augmentent rapidement partout dans le monde. Mais l’accélération de ces flux alimente la polarisation de l’économie mondiale sur la Triade (Amérique du nord, Europe de l’ouest, Asie de l’est) comme le montre le graphique 6.1.3.

Graphique 6.1.3. La polarisation du commerce international sur la Triade

Triade

L'évolution de la croissance des pays en développement

Toutefois, le monde en développement n’échappe pas à la mondialisation car même si les volumes sont limités, les taux de croissance sont inédits dans l’histoire des pays puisque la croissance de leurs exportations est 3 à 4 fois plus rapide que celle des pays développés entre 2005 et 2015 (Graphique 6.1.4), traduisant à la fois un rattrapage en termes d’intégration au commerce mondial et un gain de parts de marché. Pour la Chine qui devient une des principales puissances industrielle et commerciale dès les années 1990, la croissance des exportations est même dix fois plus rapide que celle des exportations de l’Union européenne entre 2005 et 2015.

Graphique 6.1.4. Evolution des volumes d’importation et d’exportation pour l’ensemble des pays développés et des pays en développement, pour les Etats-Unis, l’Union Européenne et la Chine : 2005-2015, Index 100 = 2005 (Source : UNCTAD)

Evolution commerce mondial

Même si d’autres économies émergentes (Mexique, Inde) tirent leur épingle du jeu, le commerce mondial se concentre sur un petit nombre de pays très majoritairement industrialisés : les 20 premiers exportateurs réalisent 75% du commerce mondial, et 75% d’entre eux sont des pays industrialisés développés. L’Asie émerge aujourd’hui comme un acteur central du commerce mondial. Le tableau 6.1.1 montre notamment qu’en 2016, la Chine a été à l'origine de 13 % des exportations mondiales devant les Etats-Unis (9 %) et l'Allemagne (8 %) (OMC) et qu’avec 36% des exportations mondiales, l'Asie totalise se situe au même niveau que l'Union européenne (36 %) (OMC). Toutefois, si la Chine est devenue leader sur les équipements bureautiques ou le textile, l’Europe reste leader dans de nombreux secteurs : produits agricoles, produits miniers et pétroliers, industrie chimique et automobile etc.


Libéralisation commerciale et régionalisation des échanges 

Les années 1990 sont une période d’intensification de la construction institutionnelle de la mondialisation productive et commerciale. D’un côté, une régulation mondiale efficace à favoriser le libre-échange est enfin mise en place avec l’organisation mondiale du commerce ou World Trade Organization (OMC ou WTO) qui vient se substituer aux accords du GATT le1er janvier 1995. D’un autre côté, de nombreuses zones d’intégration régionale voient le jour pour soutenir le développement du libre-échange sur une base moins globale que l’OMC.

Les trois derniers cycles de négociation (Kennedy Round, de mai 1964 à juin 1967, Tokyo Round de septembre 1973 à avril 1979, cycle d'Uruguay de septembre 1986 à avril 1994) ont vu augmenter le nombre de pays signataires, et en même temps s'étendre le champ des négociations. Ce n'est qu'après le premier choc pétrolier que le problème des barrières non tarifaires sera soulevé. De 1964 à 1994, le cycle d'Uruguay a été le plus long et le plus discuté des cycles de négociations. Outre une nouvelle réduction des tarifs douaniers, ont été négociés des accords sur l'agriculture, les services, la propriété intellectuelle, le système de préférence généralisée pour les pays en développement. Les questions de maintien des privilèges des activités nationales stratégiques ou de la souveraineté nationale et de l’exception culturelle commencent à être posées dans le cadre des négociations. Au terme du bilan du commerce mondial régi par le GATT, il semble que la régulation des échanges internationaux soit entrée dans une impasse dans les années 1980. Après 40 ans de rounds de négociations multilatérales intégrant de plus en plus de pays et de secteurs, il devient indispensable d’arbitrer les divergences d’intérêt et les rapports de forces entre grandes puissances et grands blocs régionaux qui ont émergé. Ces divergences prennent la forme de conflits, notamment sur la question de l’agriculture, qui conduisent à la résurgence du protectionnisme sous des formes diversifiées, notamment entre les Etats-Unis, le Japon et l’UE. Un des enjeux est également de traiter enfin les pays en développement autrement que comme partenaires de second ordre en marge du commerce mondial.

La réorganisation de l'économie mondiale

Tableau 6.1.1. Top 20 des principaux exportateurs et importateurs mondiaux en 2015 (Source OMC)

Top 20 exportateurs

Enfin, le Tableau 6.1.1 montre que les principaux exportateurs sont également les principaux importateurs. Une des raisons est que l’économie mondiale s’est réorganisée à partir des années 1990 sur la base de ce qui sera d’abord appelé la Division Internationale des Processus Productifs (DIPP) puis les Chaînes de valeurs Globales. Alors que dans le cadre de la Division Internationale du Travail (DIT) qui prévalait avant que le capital productif ne devienne très mobile et que les coûts de la coordination ne chutent du fait des innovations technologiques, cette nouvelle organisation génère quantité de nouveaux échanges internationaux au sein de chaque secteur ou même de chaque firme.


L'OMC pour un droit international du commerce

Avec l’OMC, une organisation véritable dotée notamment du pouvoir de règlement des différends commerciaux entre pays, quels qu’ils soient, se substitue aux rapports de force des négociations multilatérales du GATT. L’OMC est une organisation internationale qui vise à édifier un droit international du commerce dont l’objectif primordial est de rendre le libre-échange et la concurrence internationales le plus « équitable » possible, notamment pour les pays les plus pauvres. Pour ce faire, l’OMC est dotée d’un pouvoir normatif, de la personnalité juridique et met en place un Organe de Règlement des Différends (ORD) qui reçoit et favorise l’instruction des plaintes déposées à travers la mise en place d’une commission d’arbitrage indépendante faute de règlement amiable trouvé au bout de 60 jours. L’appel des décisions est également possible. L’agenda de l’OMC est d’imposer à ses plus de 200 signataires des règles favorisant la progression des échanges, d’étendre le commerce international à de nouveaux domaines et de régler les différends commerciaux entre nations. Pour autant, jusqu’à aujourd’hui, le bilatéralisme commercial ne cède pas tout à fait en raison de la place à part occupée par les Etats-Unis et la Chine, et de la multiplication des accords commerciaux régionaux ou bilatéraux. Depuis le cycle de Doha, qui commence dans les années 2000, les négociations multilatérales sont bloquées notamment du fait de l’incapacité des pays développés à accepter l’ouverture complète de leurs marchés aux produits agricoles des pays en développement. Une autre limitation est que l’OMC n’a aucun pouvoir sur les échanges internes aux grandes firmes multinationales, c’est-à-dire les transactions entre maisons mères et filiales ou entre filiales, qui concourent pourtant à 1/3 des échanges manufacturés. Il est donc impossible à l’OMC d’imposer des règles aux comportements opportunistes des firmes qui produisent dans des conditions de dumping social ou fiscal pour augmenter leur compétitivité internationale.

La seconde tendance ayant favorisé une accélération de la mondialisation productive et commerciale pendant les années 1990 est la régionalisation des échanges à travers des accords commerciaux régionaux favorisant le libre-échange entre des pays voisins. Le graphique 6.1.1 montre que le nombre de pays présents dans au moins un accord commercial régional est passé de 70 à 170 entre la fin des années 1980 et le début des années 2000, et que les pays à revenu intermédiaire et à faible revenu ont rattrapé les pays riches dans cette dynamique. Le nombre de partenaires commerciaux régionaux a également augmenté de manière significative pour chaque pays, reflétant en partie l'adhésion à plusieurs ACR, qui se chevauchent souvent comme c’est le cas en Afrique et en Amérique latine.

Graphique 6.1.1. Nombre de pays membres d’au moins un accord commercial régional (Source : Kangni Kpodar, Patrick Imam (2017) The effect of regional trade agreements on growth volatility, VoxEU)

Appartenance à accords régionaux de commerce


Les Accords Commerciaux Régionaux comme substituts à la libéralisation entendu dans les négociations commerciales multilatérales

Dans les années 1980, les accords commerciaux régionaux (ACR) étaient perçus comme une menace pour le système commercial multilatéral et considérés comme un deuxième choix pour une libéralisation plus large du commerce. Bien que les ACR créent des échanges, ils les détournent également en excluant les pays extérieurs au périmètre de l’ACR, créant ainsi des pertes de bien-être dans ces pays. Les négociations commerciales multilatérales étant au point mort dans le cadre de l'OMC - en particulier depuis le début du Cycle de Doha - les ACR sont de plus en plus considérés comme des substituts à une libéralisation plus large du commerce, en partie parce qu'ils peuvent être plus faciles à négocier et à mettre en œuvre.

Graphique 6.1.2. Les trois principales zones de libre-échange actuelles (Source : Camille Renard (2017) « CETA, TTIP, TTP... : les accords de libre-échange reconfigurent l'espace mondial », Géopolitique, France culture)